jueli­nae

Parosphromenus jueli­nae

Pre­mière descrip­tion: Novem­bre 2021WENT­IAN SHI, SHU­JIE GUO, HARY­ONO HARY­ONO, YIJIANG HONG & WAN­CHANG ZHANG

Zootaxa 5061 (1): 071092

Car­ac­téris­tiques: Diag­nos­tic de Parosphromenus jueli­nae, sp. nov, se dis­tingue des autres espèces du genre par la com­bi­nai­son unique suiv­ante de car­ac­tères : la bande iri­des­cente interne des nageoires non paires est frag­men­tée en un arrange­ment en arc de plusieurs taches irrégulières claire­ment inter­rompues (lorsqu’elles sont con­servées, ces taches iri­des­centes devi­en­nent hya­lines) ; la par­tie prox­i­male des nageoires non paires est noire ; rayons de la nageoire dor­sale XIII-​XIV, 57 (total 1821, 19*) ; rayons de la nageoire anale X-​XII, 910 (total 1922, 21*), nageoire cau­dale arrondie avec un rayon moyen ram­i­fié, fil­a­ment de la nageoire pelvi­enne bleu clair ; à l’exception des ban­des mar­ron foncé, le reste du corps est cou­vert de taches rouges intenses qui s’étendent jusqu’à la base des nageoires non paires.

Espèces sim­i­laires: La col­oration de la nageoire non appar­iée est sim­i­laire à celle de P. deiss­neri, mais il dif­fère de ce dernier en ayant une nageoire cau­dale arrondie avec un rayon médian ram­i­fié non fil­a­menteux et une nageoire anale plus petite. Bien que P. jueli­nae ait la même struc­ture de nageoire cau­dale que P. bin­tan, il peut être dis­tin­gué de ce dernier par la col­oration dis­tincte de la nageoire non appar­iée et la couleur rouge intense sur les flancs du corps.

Occurrence/​Distribution: Parosphromenus jueli­nae sp. nov. est lim­ité à une petite zone de l’île Bangka, en Indonésie, où il est présent dans quelques marécages tourbeux forestiers avec peu d’interférence humaine.

Cette espèce est lim­itée à quelques ruis­seaux forestiers et marécages con­ti­gus appar­tenant au même sys­tème flu­vial de Bangka, qui ne sont pas reliés aux habi­tats de P. bin­tan et P deiss­neri. Les habi­tats sont bien préservés et rel­a­tive­ment peu per­tur­bés par les activ­ités humaines. Les plans d’eau sont den­sé­ment végé­tal­isés avec des macro­phytes aqua­tiques (prin­ci­pale­ment Cryp­to­co­ryne banka­nen­sis [Araceae] et Utric­u­laria sp. [Len­tibu­lar­i­aceae]) et ombragés par des arbres et des arbustes sur les berges ; l’eau est claire, avec des niveaux élevés de tan­nin, don­nant une couleur noir-​thé.

Men­ace: Sur l’île de Bangka, les habi­tats naturels des basses ter­res sont grave­ment affec­tés par les activ­ités minières, les plan­ta­tions de palmiers à huile et les étab­lisse­ments humains. Lors des enquêtes de ter­rain sur cette île de 2016 à 2019, nous avons observé une perte d’habitat dra­ma­tique et une dégra­da­tion des paysages naturels et en 2018 nous avons remar­qué que la lisière de la local­ité type avait été per­tur­bée par des activ­ités agri­coles. Con­for­mé­ment aux Caté­gories et critères de la Liste rouge de l’UICN (ver. 3.1), nous pro­posons que Parosphromenus jueli­nae sp. nov. soit inscrit dans la caté­gorie En dan­ger cri­tique d’extinction B2ab (iii), en rai­son de son aire de répar­ti­tion très restreinte dans un seul sys­tème flu­vial sur une seule petite île (<50 km2) avec moins de trois local­i­sa­tions con­nues ; et du fait que cet habi­tat est con­fronté à des men­aces directes liées aux activ­ités humaines depuis 2018. Étant donné qu’il n’y a pas de pro­jets de con­ser­va­tion envi­ron­nemen­tale sig­ni­fi­cat­ifs dans cette zone, la survie de cette espèce à court terme est claire­ment en danger.

Découverte/​Première importation:

En 1993, col­lec­tée pour la pre­mière fois, mais mal iden­ti­fiée et incluse dans la série type de P. bin­tan. Depuis lors, cette espèce a été con­sid­érée comme P. bin­tan et trou­vée par Kishi, Hiroyuki vers 2000 ; plus tard par Horst Linke etc en 2008 égale­ment comme P. bin­tan. La col­lecte la plus récente avant qu’elle ne soit recon­nue comme une nou­velle espèce a été effec­tuée en 2012 par Kishi, Lo et Zhou.

En 2017, il a été reconnu par Shi etc dans leur recherche de P. deiss­neri, qu’il s’agis bien d’une nou­velle espèce.

Com­merce: Cette espèce a égale­ment été exportée com­mer­ciale­ment une fois vers Sin­gapour par un marc­hand de Suma­tra avec une fausse éti­quette comme P. deiss­neri Bili­ton. Cette erreur a été pub­liée en 2005 et a con­duit à un malen­tendu selon lequel P. deiss­neri était égale­ment dis­tribué sur l’île de Belitung.

Soins/​élevage: Pas de dif­férence avec la norme habituelle de Paro pour la repro­duc­tion, bien que les pre­miers rap­ports indiquent que la repro­duc­tion pour­rait être légère­ment plus dif­fi­cile que pour la plu­part des espèces.

Comportement/​Particularités: Pas de par­tic­u­lar­ités. Cours hor­i­zon­tal à la tête en bas.

X

Right Click is Disabled

Please respect our image usage rights and do not copy the images found on this web­site with­out prior per­mis­sion. Thank You — The Parosphromenus Project Staff