Gallery of P. fil­a­men­to­sus

Le com­plexe P.filamentosus, la par­tie 2, sec­tion 1, un rap­port général des nou­velles décou­vertes sur cette espèce lors de l’expédition récente de

Went­ian Shi (S.J.D [N. J. B.]) avec Team Bor­neo à Kali­man­tan Tengah.

Au lieu d’être une espèce unique, Fil­a­men­to­sus est plus prob­a­ble­ment un com­plexe assez grand qui se dis­tribue large­ment et se com­pose de plusieurs sous-​espèces avec une grande diver­sité de formes locales. La forme orig­i­nale por­tant le nom de Fil­a­men­to­sus a été trou­vée dans la par­tie sud de Kalteng dans la zone en aval de Sg. Bar­ito, près de Ban­jar­masin, il y a 40 ans.

Cette forme a une couleur rouge au cen­tre de la nageoire cau­dale et à la base de la nageoire dor­sale et anale, mais pas ou peu de bande bleue sig­ni­fica­tive à côté de la zone rouge. Dans le nord, plusieurs autres types étroite­ment appar­en­tés, inc. cf. fil­a­men­to­sus, sp. Gaw­ing, sp. Ampah ont été recensés.

Dans notre expédi­tion, nous avons cher­ché à tra­vers 4 sys­tèmes de riv­ières prin­ci­pales dans une zone de presque 400KM de la fron­tière est de Kalteng à l’ouest de Palangkaraya. Nous avons con­firmé la présence de sp. Ampah dans la fron­tière est, qui est assez dif­férent de tous les autres types de fil­a­men­to­sus. Ils n’ont pas de rouge sur les nageoires non appar­iées, mais des ban­des bleues.

Pen­dant ce temps, plusieurs types sim­i­laires se répar­tis­sent du haut-​Barito à tra­vers Kapuas jusqu’à Kahayan. Ils ont à la fois des lignes rouges et des lignes bleues fines sur les nageoires non appar­iées. Ce type a été trouvé en 1991 par Alfred à Kahayan et reconnu comme cf. fil­a­men­to­sus par M. Linke. Nous avons con­firmé ce type avec l’aide de notre ami local Patrik. Le sp. Gaw­ing de Kapuas par Linke et le nou­veau type que nous avons trouvé dans le haut-​Barito sont mor­phologique­ment sim­i­laires au type de Kahayan-​Kapuas. Tous ces trois types locaux seront éti­quetés tem­porelle­ment dans le groupe cf. flia­men­to­sus Kahayan-​Kapuas pour les dis­tinguer du type orig­i­nal fil­a­men­to­sus Bar­ito. La répar­ti­tion des fil­a­men­to­sus se ter­mine à Sg. Men­taya. On n’y trouve pas de paros.

Mais l’environnement de cette zone est ter­ri­ble­ment endom­magé par les plan­ta­tions de palmiers à huile. Nous ne savons donc pas si cette démar­ca­tion des fil­a­men­to­sus est une cat­a­stro­phe naturelle ou artificielle.

Fil­a­men­to­sus est une splen­dide espèce de grande taille, pou­vant attein­dre facile­ment 4,5+ à l’état sauvage. Cepen­dant, ils vivent très sou­vent avec leurs petits cousins, les parvu­lus, qui ne mesurent que 1-​2cm. Dans le mois suiv­ant nous présen­terons ces types séparé­ment en détails.

J’espère que vous apprécierez tous ces mag­nifiques paros.

La par­tie 2, sec­tion 2, un rap­port détaillé sur le nou­veau type de fil­a­men­to­sus issu de la récente expédi­tion de

Went­ian Shi (S.J.D [N. J. B.]) avec Team Bor­neo à Kali­man­tan Tengah.

Qu’est-ce qu’est en fait le sp. Ampah ???

En 2009, Sp. Ampah a été intro­duit par M. Linke comme Sp. Kaltimur et exportée dans l’UE en 2013. Dis­paru depuis lors.

Nous avons cru une fois que Ampah était un type avec seule­ment du bleu et noir sur la cau­dale, ce qui le rend dif­férent de fil­a­men­to­sus nor­maux. Mais est-​ce vrai­ment le cas ?

Nous avons cher­ché autour de la zone d’origine pen­dant 3 jours et avons finale­ment trouvé une petite riv­ière par­faite, avec une belle eau noire et des Cryp­to­co­rynes cor­data. Les ampah ici sont de taille énorme, 4+cm, cer­tains atteignent 4,5 MAIS, il y a deux types dif­férents mélangés dans la même riv­ière, par­fois même les deux dans la même prise. L’un, le type 1, est la forme stan­dard de ampah avec seule­ment du bleu, du noir et de larges ban­des. L’autre, le type 2, a une couleur rouge sup­plé­men­taire dans le cen­tre cau­dal et des ban­des fines. Il est plus sim­i­laire à un fil­a­men­to­sus normal.

Alors, est-​ce que Ampah est un vrai type dis­tinct ? Ou juste des indi­vidus spé­ci­aux sans rouge ?

Si on regarde les pho­tos de l’importation de 2013, on peut remar­quer que cer­tains des indi­vidus ont des couleurs rouges, à savoir le type 2, mélangé au type 1. Donc Ampah a au moins, bien deux vari­antes. D’autres recherches sont néces­saires pour clar­i­fier cette énigme. Ampah est facile à élever, avec une bonne quan­tité de descen­dants. La généra­tion suiv­ante grandit rapi­de­ment, mais est sen­si­ble à l’oodinium. En rai­son de sa grande taille, il est très impres­sion­nant et attrayant comme pois­son d’ornement. La bonne nou­velle est que l’état de con­ser­va­tion de ces pois­sons est plutôt posi­tif. Leur habi­tat n’est pas en dan­ger immé­diat, car il est très éloigné des grandes villes et dif­fi­cile à atteindre.

X

Right Click is Disabled

Please respect our image usage rights and do not copy the images found on this web­site with­out prior per­mis­sion. Thank You — The Parosphromenus Project Staff